Le Caravage : pour moi c'est...

Dernière mise à jour : 20 juil.

Il y a des rencontres qui nous frappent en plein cœur par surprise.

En matière de peinture, j'ai toujours été séduit par le raffinement de van Gogh, la grâce de Gauguin, l'élégance de Modigliani ou l'imaginaire de Magritte. Mais ceux sont bien les peintres italiens du XVIe siècle qui ont posé les fondations de l'art occidental. Des monuments de la peinture et de la sculpture comme Michel-ange, Botticelli ou de Vinci. La Renaissance nous offre un éventail d’œuvres et de représentations aussi riches que diverses dont la place dans le patrimoine mondial de la culture est assurée.

C'est pendant l'écriture d'un devoir de première année en École d'Art que j'ai découvert le Caravage - l'ange déchu de l'ère baroque. Je ne sais plus ce qui m'avait amené à choisir l'une de ses peintures. Je ne me souviens pas non plus si j'avais d'abord choisi le thème ou le peinte. Pourtant, au fil de ma recherche j'ai été frappé par son parcours atypique, son caractère irascible, ses frasques et sa patte singulière. Ses scènes sont percutantes, son trait net, ses couleurs éclatantes, et ses personnages sont vifs et expressifs.

Aujourd'hui, je crois pouvoir expliquer ce qui m'avait tant ému chez le Caravage. En me plongeant dans ces tableaux, j'ai eu comme l'impression que le peintre avait laissé sur chaque toile une part de lui. Un bout de sa chair, de son âme. Des cellules qui aspirent à leur dépositaire. C'est sûrement la raison pour laquelle ses personnages ont l'air agités ; comme s'ils s'apprêtaient à bondir hors du cadre à tout moment pour le rejoindre.


Nathan

Retrouvez-moi sur Youtube

Le Caravage, Méduse, 1595-1598, huile sur toile, 48x48 cm, La galerie des offices, Florence

 

#caravage #méduse #peinture #baroque #artinablink #renaissance

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout