Gustav Klimt - La Femme au tableau

Dernière mise à jour : 1 juin 2021

Le premier portrait d'Adèle Bloch-Bauer a été commandé en 1903 par Ferdinand Bloch-Bauer au peintre autrichien Gustav Klimt en guise de cadeau d'anniversaire de mariage pour les parents de son épouse Adèle, en octobre de la même année.

La femme au tableau se tient sur un trône doré. Le fond aux tons ambrés se marie harmonieusement avec la silhouette de la jeune Adèle et avec sa robe tapissée de motifs géométriques. Pour concevoir le décor, Klimt s'inspira des mosaïques byzantines qu'il découvrit lors de sa visite de la Basilique de San Vitale à Ravenne quelques années plus tôt.

Dès 1898, le peintre se met à recouvrir ses tableaux de feuilles d'or qui conférent à ses œuvres une aura mystique et un caractère presque sacré. Klimt est alors à son apogée, il allie d'une main de maître l'abstraction et le symbolisme à la géométrie, et nous plonge dans un univers envoûtant et saisissant.

Le regard absent, Adèle esquisse un léger sourire. Mais sa finesse et son élégance trahissent une certaine tristesse. Ses mains s’entrelacent maladroitement et son air vaguement gêné bascule entre joie et mélancolie - fruit du hasard ou tableau prémonitoire ?

Adele Bloch-Bauer succombe à une méningite en 1925, laissant son époux comme unique héritier de sa fortune. Avant de mourir, elle fait don de ses biens à diverses associations et charge son mari de léguer, après sa mort, les deux portraits, ainsi que quatre autres peintures de paysages de Klimt, à la galerie Belvedere à Vienne.

Les biens de la famille Bloch-Bauer sont hélas confisqués par les Nazis pendant la guerre, et le portrait d'Adèle mis en dépôt à la galerie Belvedere. Ferdinand s'enfuit à Zurich et meurt peu après la guerre. Ce n'est qu'à l'issue d'un procès intenté à l’État autrichien en 2003 que la nièce d'Adèle, Maria Altmann, finit par obtenir gain de cause et se voit restituer le tableau au bout de trois ans.

Nathan.


1. Gustav Klimt, Adèle Bloch-Bauer I, 1907, 138x138 cm, or et huile sur toile, La neue Galerie, New York.

 

https://jwa.org/encyclopedia/article/bloch-bauer-adele.

Agata Schwartz, Gender and modernity in Central Europe, University of Ottawa Press, 2010.

Anne Marie O'Connor, The lady in gold : the extraordinary tale of Gustav Klimt's masterpiece, Portrait of Adele Bloch-Bauer, Knopf, 2012.

Melissa Müller, and Monica Tatzkow, Lost Lives, Lost Art: Jewish Collectors, Nazi Art Theft, and the Quest for Justice. New York: The Vendome Press, 2010.

 

#adeleblochbauer #portrait #ravenne #mystique #lafemmeautableau #klimt #symbolisme #gustav #art_in_a_blink

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout